4 mars 2021

Affaire Mouzin : Les enquêteurs se penchent sur ces dizaines de SMS échangés la nuit de la disparition d’Estelle

Des dizaines de SMS ont été envoyé entre Monique Olivier et Michel Fourniret le soir de la disparition d’Estelle Mouzin. De 18 heures à 4 heures du matin ils ont échangé.

Alors que l’ADN d’Estelle avait été retrouvé sur le matelas d’une des maisons utilisées par Michel Fourniret, les enquêteurs se penchent maintenant sur le téléphone portable du tueur.

À eux deux, Monique Olivier et Michel Fourniret possèdent au moins dix téléphones portables. Ce qui indique que le couple était parfaitement au fait des pratiques habituelles des délinquants qui utilisent plusieurs numéros et en changent souvent pour échapper à la police indique le journal Europe1.

Les gendarmes qui ont repris depuis quelques mois les analyses de ces lignes téléphoniques à la demande des avocats d’Eric Mouzin, le père d’Estelle. Les données n’avaient pas été étudiées depuis 2006.

Elles révèlent notamment que le soir de la disparition d’Estelle, et pendant toute la nuit, Michelle Fourniret et Monique Olivier ont échangé en continu. Des dizaines de messages ont été envoyés à partir de 18 heures, c’est-à-dire, à l’heure où Estelle a été enlevée et jusqu’à quatre heures du matin, heure à laquelle Michel Fourniret est rentré à son domicile dans les Ardennes.

Ces messages, la justice en ignore le contenu mais ils pourraient alimenter une hypothèse sur le fait que le tueur en série aurait tenu Monique Olivier au courant quasi en temps réel de ses actes. De quoi mettre la pression sur celle qui a aussi toujours parlé en premier dans tous les dossiers de meurtre imputables à son mari.