28 février 2021

Mohamed Bekhtaoui, un élu de Seine-Saint-Denis voulait devenir « le nouveau Mohamed Merah »

Mohamed Bekhtaoui a été jugé au tribunal de Bobigny mardi 6 octobre pour outrage et apologie du terrorisme. Élu de La Courneuve, il avait déclaré « vouloir aire un carnage ».

Les faits remontent au 7 avril dernier lorsque Emmanuel Macron a effectué une visite au centre d’action sociale (CCAS) de La Courneuve. Ce jour-là, Mohamed Bekhtaoui, élu de l’UPR (Union populaire républicaine) est bien décidé à s’entretenir avec le Président, mais la situation va déraper.

Il sera finalement Placé en garde à vue pour ne pas avoir respecté le port du masque une énième fois, et avoir oublié son attestation de sortie, alors que le pays était en plein confinement avec la pandémie du coronavirus.

Connu des services de police pour plusieurs vols, outrages et conduites sans permis, Mohamed Bekhtaoui aurait cette fois déclaré: « Je vais devenir le nouveau Mohamed Merah. J’ai eu de la chance de le côtoyer, il m’a ouvert les yeux. Je vais faire un carnage« . Avant de lancer à plusieurs reprises « Allahou akbar » devant les forces de l’ordre.

Selon les précisions du journal Valeurs Actuelles, l’expert psychiatre a relevé « une fragilité psychologique ». Le substitut du procureur a réclamé six mois de prison aménageables. Relaxé pour l’apologie du terrorisme, il a en revanche été condamné à 140 heures du travail d’intérêt général pour les outrages.